"Liberté, égalité, justice. Trois mots, plus que des valeurs, ou même des principes, ils sont aujourd'hui les piliers d'une société nouvelle à construire de toute urgence. Trois piliers qui font également écho à ceux de la République, aujourd'hui si lourdement attaquée, abaissée, terrassée. Une République, qui, depuis sa naissance, n’a jamais été figée, mais en évolution constante, en construction permanente, sociale ou de l'ordre selon l'état des rapports de force du moment.

A chacune de ces promesses républicaines s'est peu à peu imposé dans les faits son contraire. Chaque nouvelle loi sécuritaire, chaque nouvelle mesure de répression, engendre un nouveau recul de nos droits et de nos libertés, pour consacrer la liberté d'exploiter et la libre circulation des capitaux... Au principe d'égalité s'est peu à peu substitué le règne des inégalités, à celui de justice la consécration de la loi du plus fort et surtout du plus riche.

Pourtant, c'est aussi autour de ces principes que s'articulent de nombreuses luttes et que s'affirment de nouvelles aspirations :

  • Aspiration à une mondialisation conduite selon d'autres valeurs et d'autres critères que ceux de la déréglementation et de la maximisation du taux de profit ;
  • Aspiration à une pleine reconnaissance du travail et de sa dignité, auxquels les normes du salariat capitaliste sont aveugles ;
  • Exigences scientifiques et démocratiques face aux inquiétudes croissantes liées à la marchandisation forcenée du corps, de la médecine et des biotechnologies ;
  • Recherche d'une autre sociabilité, d'autres rapports interindividuels, d'un autre regard sur l'autre ;
  • Mondialisation du combat contre la domination masculine qui contredit le besoin d'une émancipation générale du genre humain tout entier, ou encore renouveau du combat contre le racisme qui perpétue une des dominations ancrée dans plus d'un siècle d'oppression coloniale et 500 ans de domination européenne à l’Échelle du monde ;
  • De nouvelles aspirations enfin, à reprendre le pouvoir sur nos vies, à se réapproprier un espace démocratique confisqué par l’oligarchie.

Ce qu'il reste à opérer, c'est la mise en commun de toutes ces exigences. Nous sommes dans ce moment de l'histoire, où face à ces mouvements naissants et massifs, la réaction de la classe au pouvoir se déploie avec violence. Symbole de cette réaction, au moment où le gouvernement met en place un plan de relance économique exclusivement consacrée à a satisfaction des intérêts des grands groupes du CAC 40, les forces au pouvoir tentent de pourrir le débat, de désigner de faux coupables et d'allumer des contre feux. Leur stratégie consiste à criminaliser et excommunier du "camp républicain" toutes les forces sociales qui aspirent à un nouveau monde émancipé : les mouvements féministes et antiracistes, les mouvements écologistes, les mouvements syndicaux et de gilets jaunes. Le projet de loi a venir contre « le séparatisme » n'est qu'une manifestation supplémentaire de cette stratégie de la division et de la diversion.

Les conséquences de cette fuite en avant peuvent être terribles. Pour nous, l'heure est venu de contribuer à construire du commun. De travailler à raccorder toutes ces luttes, à unir nos forces, nos intelligences et nos volontés, à gagner ensemble l'hégémonie idéologique. Nous voulons faire de ce site, de cette campagne pour la liberté, l'égalité et la justice un lieu de convergence, de rassemblement, de politisation des luttes. Un espace, des outils et des initiatives à disposition de toutes celles et ceux qui ne résignent pas et veulent gagner un nouveau monde, ici et maintenant."

 

      Pierric Annoot, Secrétaire départemental du PCF Hauts-de-Seine.

 


Retrouve les dernières actus